« Les futurs entrepreneurs de la Méditerranée doivent poursuivre leurs rêves sans jamais cesser d'apprendre » : entretien avec Jafar Albadarneh, startupper jordanien

Jafar Albadarneh s’est classé deuxième du « Global Innovation through Science and Technology (GIST) Tech-I 2018 », le concours annuel pour les entrepreneurs scientifiques et technologiques de 136 économies émergentes dans le monde promu par le Département d'État américain. Sa startup « ARtour », développée dans le cadre du projet « I AM » financé par le Programme IEVP CT Med, permet aux musées et sites touristiques d'offrir une nouvelle expérience de visite à travers la réalité augmentée.

Né en 1992 en Jordanie, Jafar a grandi dans une grande famille composée de 5 frères et 4 sœurs. Avec une passion précoce pour la technologie et l'innovation, Jafar s’est diplômé en 2014 en informatique à l'Université des Sciences et Technologies de Jordanie et a terminé ses études avec une maîtrise en informatique. C'est à ce moment-là qu'il a découvert le projet I AM qui lui a donné l'opportunité de développer son idée d'utiliser des technologies de pointe, à savoir la réalité augmentée, pour revitaliser le patrimoine culturel millénaire de la Jordanie. Depuis 2016, Jafar a également entamé une carrière prometteuse en tant que directeur du développement logiciel de la startup jordanienne « Audiogram ».

Nous avons échangé avec Jafar pour comprendre sa vision et ses aspirations en tant que jeune entrepreneur de la Méditerranée.

Peux-tu nous en dire plus sur « ARtour », ton concept pour améliorer l'expérience des touristes visitant les sites archéologiques ?

 

Comme le secteur du tourisme joue un rôle majeur dans notre économie nationale avec une contribution qui s’élève à 12% du PIB jordanien, tous les services connexes doivent offrir la meilleure expérience possible aux visiteurs, en particulier aux étrangers, afin que l'image qu'ils diffusent sur notre pays soit aussi positive que possible. Les pratiques touristiques actuelles manquent d'outils d'interprétation adaptés. Certains des outils utilisés pour promouvoir le patrimoine jordanien - comme les brochures, les panneaux d'information, la signalisation et même les guides touristiques eux-mêmes - sont inefficaces et démodés, notamment si l’on considère les transformations technologiques qui ont un impact sur  presque tous les aspects de notre vie quotidienne. ARtour est une plateforme qui permet aux musées et aux sites archéologiques d'offrir une expérience de visite améliorée en utilisant la réalité augmentée, l'une des technologies émergentes les plus prometteuses. La plateforme accompagne l'industrie du tourisme vers un nouveau niveau où l'interaction et l'expérience des visiteurs sont centrales, afin de répondre aux attentes des visiteurs et de contribuer à la préservation des sites du patrimoine culturel. ARtour vise également à rapprocher les visiteurs et à les mettre en réseau, afin qu’ils puissent notamment partager leurs expériences au-delà des frontières.

Du point de vue du gouvernement, de nombreux efforts sont mis en œuvre aujourd'hui pour attirer plus de visiteurs dans la région, améliorer la qualité de l'expérience de visite et faire revenir les touristes. Je pense que la plateforme ARTour est cohérente avec ces objectifs.

Tu as été impliqué dans le projet I AM, financé par le Programme IEVP CT Med. Comment as-tu connu le projet et quels sont les principaux bénéfices professionnels et personnels en résultant ?

 

J'ai pris connaissance du projet I AM en 2013, alors que j'étais en dernière année à l'Université des Sciences et Technologies de Jordanie (partenaire dans le projet - ndlr). J'étais sur le point d'obtenir ma maitrise et à la recherche d’une opportunité spéciale pour travailler sur mon projet de fin d'études. Étant l'un des meilleurs étudiants du département en systèmes informatiques, on m'a offert la possibilité de travailler dans le cadre du projet I AM, et je n’ai pas pu refuser ! La réalité augmentée en était à ses balbutiements à cette époque mais je croyais fortement au potentiel que cette technologie pourrait avoir dans un proche avenir. Suite à l'obtention de ma maitrise en 2014, j'ai été choisi pour continuer à travailler sur le projet I AM jusqu'à sa conclusion. Je suis très fier de ce que le groupe de travail a accompli.

Professionnellement, j'ai beaucoup appris de cette expérience, notamment en matière de nouvelles technologies, outils et techniques modernes de valorisation du patrimoine. Grâce au projet I AM, j'ai eu l’opportunité de participer à la sixième conférence annuelle sur la recherche de premier cycle en informatique appliquée à Dubaï où j'ai décroché le prix de la meilleure présentation. Sur le plan personnel, cette opportunité m'a appris à travailler au sein d’une équipe diversifiée, penser mon entreprise et bien sûr développer mon idée, ARtour.

Comment envisages-tu d'utiliser le prix de 2 500 dollars et les 20 000 dollars en crédits « Amazon Web Service » que tu as reçu en tant que lauréat Tech-I 2018 ?

 

Bien que le prix en espèces ne soit pas énorme, je l’utiliserai principalement pour enregistrer ma société et travailler sur la première version de démonstration commerciale d’ARtour : cela peut permettre d’attirer des investissement du gouvernement ou provenant d'autres sources. Le financement des activités de notre équipe aujourd'hui est un défi majeur et j'espère que ce sera bientôt la dernière chose dont j’aurai à m'inquiéter.

Quel est ton message pour les jeunes entrepreneurs de la région méditerranéenne ? Et comment les programmes de coopération tels que IEV CTF Med peuvent contribuer à porter les aspirations de ces jeunes ?

 

Mon message aux futurs entrepreneurs de la Méditerranée est qu’ils continuent à poursuivre leurs rêves sans jamais cesser d'apprendre. Le succès passe nécessairement par le dévouement, la passion et le travail acharné. C'est de cette façon que les jeunes peuvent réussir.

Personnellement, je tiens à remercier l'Union européenne et le programme IEVP CT Med pour avoir réalisé une initiative de coopération extraordinaire, qui vise à renforcer les capacités dans la région méditerranéenne et à permettre aux populations d’en tirer parti. J'ai pu participer à l'une des plus grands concours à la création d’entreprises au niveau mondial parce que j'ai su capitaliser sur les connaissances et l'expérience que j'ai acquises grâce à l’un des projets financés par le Programme IEVP CT Med.

A propos du projet I AM

 

Le projet 'International Augmented Med' (I AM) avait pour objectif l’application des technologies multimédias innovantes dans la gestion du patrimoine culturel et naturel. Durant le projet, les résidents locaux et les touristes ont eu l’occasion de redécouvrir différents sites et monuments - tels que la Bibliotheca Alexandrina (Egypte), l’église grecque orthodoxe d’El Khadr située à Taybeh (Palestine) et le musée archéologique de Dar-es-Saraya en Jordanie - sous une nouvelle perspective, grâce aux possibilités offertes par les reconstructions en 3D, les installations de Réalité Augmentée et l’illumination interactive.

23.04.2018